Orateur(s)
Michel MOUTSCHEN Professeur et responsable de l'infectiologie (CHU Liège)
Philippe BOSSAERT Professeur en obstétrique et reproduction des ruminants à la Faculté de Médecine Vétérinaire, porte-parole AMCRA (ULiège)

Quelles perspectives à l'heure de l'antibiorésistance croissante?

Résumé

Pour la 1ère rencontre-conférence en ligne de 2021, le Forum LUXEMBOURG CREATIVE a invité Michel MOUTSCHEN, professeur et responsable de l’infectiologie au CHU de Liège, et Philippe BOSSAERT, professeur en obstétrique et reproduction des ruminants à la FMV (Faculté de Médecine Vétérinaire) ainsi que porte-parole de l’AMCRA (ULiège), à parler de l’antibiorésistance croissante.

Philippe BOSSAERT a démarré la présentation en décrivant le phénomène de résistance aux antibiotiques et le contexte « one health ». Ce concept, « une seule santé » ou « une médecine », est né dans les années 2000 et propose une approche unifiée et intégrée de la santé publique, animale et environnementale. Il existe une interconnexion évidente entre la médecine animale et humaine, c’est pourquoi les vétérinaires et médecins doivent, pour pouvoir contrôler les agents infectieux et l’antibiorésistance croissante, collaborer étroitement à toutes les échelles : locales, nationales et planétaire.

Michel MOUTSCHEN a pris la relève pour parler de la « mauvaise utilisation » des antibiotiques. Leurs origines, l’impact du réchauffement climatique, l’utilisation de certains produits qui augmente les gènes de résistance de certaines bactéries… Y a-t-il un véritable lien entre la consommation humaine d’antibiotiques et l’antibiorésistance ? Consomme-t-on trop d’antibiotiques ? Les antibiotiques sont-ils trop souvent prescrits sans « bonne(s) » raison(s) ? Le professeur a présenté plusieurs études et résultats permettant des donner des éléments de réponses à ces questions.

Pour le 3ème point de la présentation, Philippe BOSSAERT a repris la parole pour parler des adaptations et efforts dans la profession vétérinaire, notamment en présentant les objectifs de réduction à court et moyen terme. Il a insisté, tout comme notre 2ème orateur, sur la responsabilité partagée dans le phénomène de l’antibiorésistance croissante et sur la nécessité, plutôt que d’arrêter totalement la consommation d’antibiotiques, de changer les habitudes (notamment en privilégiant une médecine préventive et une plus grande sensibilisation auprès du public concerné par la prescription d’antibiotiques).

Michel MOUTSCHEN a clôturé la conférence en parlant des possibilités d’amélioration de la prescription antibiotique. Celle-ci doit être limitée mais d’autres efforts doivent être faits dans le domaine pour stopper l’antibiorésistance croissante. Qu’il s’agisse d’éduquer les patients et médecins, trouver de nouveaux médicaments, réduire les remboursements de certains produits, augmenter les vaccins contre les maladies comme la grippe ou le pneumocoque,… Le chemin vers une ère post-antibiotique est-il vraiment possible ?

A travers de nombreuses comparaisons, études, exemples, chiffres et schémas, les orateurs du jour ont tenté d’identifier les problèmes majeurs liés à l’antibiorésistance croissante. Plusieurs pistes ont été évoquées, tant le domaine de la médecine vétérinaire que la médecine humaine, pour contrer ce phénomène actuel.

Nos deux experts ont également veillé, tout au long de leur présentation, à rester le plus concret possible pour s’adapter à un public très hétérogène. Le public participant était composé tant d’étudiants, de professionnels du secteur que de personnes simplement intéressées par le sujet, sans aucune connaissance pointue dans le domaine.

Au total, ce sont près de 50 personnes qui ont pu assister à cette rencontre-conférence en ligne organisée par le Forum LUXEMBOURG CREATIVE. Merci à nos orateurs du jour !

Découvrez les slides de la présentation ci-dessous 

Avec nos deux intervenants, nous ferons l'état des lieux de la situation actuelle sur l'antibiorésistance. Nous aborderons tant le côté humain que le côté animal. Ensemble, nous évoquerons quelles solutions innovantes mettre en place pour combattre les infections multirésistantes. Nous envisagerons comment établir le lien entre antibiorésistance humaine et utilisation des antibiotiques dans l’élevage et comment envisager l’auto-immunisation comme piste de solution.

Afin de favoriser les échanges, cette rencontre-conférence en ligne est prévue pour 40 participants. Le lien pour accéder à la conférence vous sera communiqué quelques jours avant l'événement.